Débat sur BFM-CNEWS : Philippe POUTOU et Nathalie ARTHAUD dénoncent les ultracapitalistes

Philippe POUTOU et Nathalie ARTHAUD n’ont pas manqué de souligner leurs divergences avec les autres candidats au cours de ce débat organisé ce 4 avril 2017

 

 

Lors du débat sur TF1, il en était tout autrement

Lors du premier débat organisé par la chaîne TF1 le 20 mars dernier, il avait été donné pour consigne aux cinq candidats — les six autres ayant été jugés trop « petits » pour prétendre à ce débat — de ne pas évoquer les affaires. On peut raisonnablement penser que c’était une décision destinée à éviter un « assassinat » en direct de François Fillon et de Marine le Pen. Il faut donc rendre hommage à BFM et CNEWS d’avoir organisé un débat avec, cette fois-ci, les onze candidats, dans d’autres conditions. Ce qui n’était pas une mince affaire à organiser. Et visiblement, les attaques sur les affaires judiciaires en cours n’ont pas manqué. Marine le Pen s’en est pris à la journaliste Ruth ELKRIEF soupçonnée, selon la candidate du FN, de voler au-secours d’Emmanuel MACRON et de se comporter, en quelque sorte, en procureur. François FILLON et Marine le Pen, liés par un fil conducteur : celui des affaires, iront même jusqu’à évoquer un « interrogatoire » en règle.

Représentants des appareils politiques et du peuple

D’un côté, nous avions les cinq représentants des principaux appareils politiques — Gauche, Droite, Centre, Extrême droite — et de l’autre ce que l’on pourrait désigner de représentants d’une grande partie du peuple, de la société. Et le moins que l’on puisse dire est que les codes, le politiquement correct ont littéralement volé en éclats. Mis en face des réalités d’un système de marché ultracapitaliste, avec tous ses méfaits quotidiens sur les gens et l’environnement, les tenants du pouvoir ont eu beaucoup de mal à réagir face aux attaques des prétendus « petits » candidats. Nous avons donc assisté à un affrontement entre les candidats du système en place — même si ces derniers se sont évertués à nous expliquer le contraire — et les candidats hors-système qui en dénonçaient les dégâts et les ravages auprès notamment des plus faibles. Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon, pour des raisons différentes, ont exposé le besoin de passer à une VIe Constitution.

Philippe POUTOU et Nathalie ARTHAUD attaquent frontalement

Nathalie Arthaud s’est lancée dans des tirades anticapitalistes et les conséquences des superprofits sur la vie des salariés français, précisant également qu’elle ne profitait pas des drames survenus (attentat terroristes) pour amalgamer et jeter la suspicion sur des minorités, notamment sur les musulmans ; allusion à peine voilée adressée à M. le Pen. Paradoxalement, Arthaud a également défendu le fait que l’UE n’était pas responsable de tous les abus organisés par les décideurs capitalistes et qu’elle n’était qu’une sorte de diversion, de bouc émissaire, utilisée par les responsables politiques (en exercice) en vue de s’exonérer de leurs propres responsabilités. Une intervention plutôt à contre-courant mais pertinente ; Philippe POUTOU a, lui, lancé de très lourdes charges, avec ses mots et son style, contre François Fillon, n’hésitant pas à l’accuser de « piocher dans les caisses de l’Etat », et contre Marine le Pen qui « profite du système pour s’éviter », à l’aide de l’immunité parlementaire, de se rendre aux convocations des juges. La réplique de Marine le Pen sur la protection des représentants du personnel n’a convaincu personne. POUTOU lui a d’ailleurs démontré qu’il n’en était rien dans les faits.

Touhami Moualek

Mtouhami – INFO PARIS

À propos de touhami

Écrivain, penseur, humaniste, défenseur des droits de l'homme, engagé politiquement et idéologiquement. Auteur de : La Déchirure, Algérie de mon père, France de mon enfance Aux Editions EDILIVRE
Ce contenu a été publié dans Politique générale, Société. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.