Donald TRUMP envisagerait d’autres solutions à celle de deux Etats au Proche-Orient

Donald TRUMP en conférence avec son « ami » Benjamin NETANYAHU. La position américaine sur le Proche-Orient parait irresponsable, voire dangereuse. Il semble que la Maison Blanche n’adhère plus à la solution de deux Etats. Le Hamas parle d’une position américaine fourbe. 

 

Donald TRUMP reçoit le couple NETANYAHU

Le Président américain Donald TRUMP a reçu, ce 15 février 2017, son ami (friend, c’est le mot qu’il a utilisé) Benjamin NETANYAHU, chef du gouvernement israélien. Nous savons que le Premier ministre israélien attend beaucoup de Donald TRUMP, après tous les revers qu’il a subis avec Barack OBAMA. D’abord, Israël veut continuer les colonies et maintenir l’embargo sur GAZA, et ensuite, donner plus de crédit à son objectif de faire de Jérusalem sa capitale en y transférant l’ambassade américaine, actuellement basée à Tel-Aviv. Mais NETANYAHU espère également un durcissement des Etats-Unis sur le dossier nucléaire iranien. Le Premier ministre israélien sait qu’il existe un contentieux entre Américains et Iraniens au sujet du décret signé par Donald TRUMP sur l’immigration et compte bien ainsi enfoncer le clou. Israël s’est toujours opposé à l’accord sur le nucléaire conclu entre l’Iran, les Etats-Unis, la Russie, la Chine, la France, le Royaume-Uni et l’Allemagne. On en connaît les raisons : le sempiternel droit à la sécurité de l’Etat juif. Israël veut également annexer le plateau du Golan, territoire syrien occupé par Israël depuis la guerre de 67. Le Golan domine par sa position la Galilée (Israël) et la plaine de Damas (Syrie) ainsi que la plupart des sources alimentant le lac de Tibériade et le Jourdain. C’est donc un trésor.

loading...

Donald TRUMP annonce qu’il y a d’autres alternatives à la solution de deux Etats

Quelles sont ces alternatives possibles évoquées ou sous-entendues par le Président américain ? A vrai dire, il n’y en a pas trente six. Si l’on prend la carte actuelle des territoires palestiniens, on voit bien qu’il n’y a plus que GAZA qui résiste encore à l’hégémonie colonialiste israélienne. La politique de Mahmoud ABBAS a en effet conduit à une intense reprise des colonies israéliennes et chaque jour, au lieu de restituer les territoires occupés en 1967 — comme le réclament plusieurs résolutions votées au conseil de sécurité de l’ONU — Israël s’agrandit par de nouvelles colonies. Ce que l’on appelle l’occupation des sols. Alors à quoi songerait réellement Donald TRUMP ? En bon cow-boy américain, il voit bien que les territoires palestiniens sont devenus minuscules, les Israéliens ayant, selon lui, gagné la partie. Pourquoi, dans ces conditions, ne pas envisager un unique Etat : Israël, et tout le monde deviendrait israélien, y compris les Arabes. L’exigence serait que ces derniers soient traités en véritables citoyens, sous le contrôle de la communauté internationale. Ce dont on peut réellement douter, au vu de ce qui se passe depuis 1948, puis 1967. Tout cela serait bien sûr une terrible erreur politique qui plongerait la région, et également la Planète, dans une folie guerrière jamais atteinte. Parce que monsieur Donald TRUMP n’a apparemment aucune connaissance du monde arabe et de l’islam en général. Georges W. Bush était parti à l’aventure en Irak, nous en voyons encore les conséquences dramatiques et catastrophiques aujourd’hui.

Inquiétude sur l’avenir dans la région 

Bien entendu, je souhaite me tromper et espère qu’il ne s’agit pas de cela. Car si l’on tient compte, par exemple, du fait que le Hezbollah libanais, bête noire d’Israël, n’attend actuellement qu’une chose : que le Hamas reparte en conflit direct avec Israël, nous pouvons effectivement être très inquiets. Finalement, depuis son accession au pouvoir, Donald TRUMP inquiète un peu plus chaque jour qui passe.

Touhami Moualek

mtouhami – INFO PARIS

loading...

3 commentaires sur “Donald TRUMP envisagerait d’autres solutions à celle de deux Etats au Proche-Orient”

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.