Droit de réponse de Tariq Ramadan aux Ministres Juppé et Guéant

tariq_ramadan (1)

Tariq Ramadan, considéré par ses détracteurs comme un prédicateur usant d’un double discours, est sans conteste doué, de ce qui rend un homme plus écouté que les autres, d’une extrême intelligence. En France, peu lui arrivent à la cheville parmi l’élite des intellectuels. Alors, si vous êtes excessivement intelligent et de surcroît de confession musulmane, il est logique et normal que vous soyez, en France, détesté

 

 

 

Tariq Ramadan attaqué sur le seul fait qu’il est musulman croyant et pratiquant

On prête cette phrase (ou cette pensée) à celui qui fut l’une des plus éminentes figures emblématiques de la France des Lumières (Voltaire), même si certains la lui contestent : « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous ayez le droit de le dire. » Au nom de cette liberté d’expression, qu’elle soit voltairienne ou non, jamais un homme ne doit être privé de paroles, car ce serait contraire  aux principes mêmes de notre République et aux valeurs de cette France des Lumières que nous aimons, respectons, et à laquelle nous sommes tant attachés. A l’heure où les Musulmans sont, partout en Europe, stigmatisés, montrés du doigt, désignés comme des boucs émissaires, veut-on en plus de tout cela les priver de paroles ? Ces censures sont indignes d’une « France Forte » parce que tolérante et ouverte aux autres, au  Monde. Alors pourquoi priverait-on Tariq Ramadan, éminence grise, du droit de s’exprimer ?

Les thèses du FN (Front National) ne contribueraient qu’à éteindre les dernières flammes des bougies encore allumées de cette France des Lumières. L’obscurité reprendrait alors tous ses droits : nous serions précipités dans des ténèbres n’apportant que haine et mépris, parce que la peur de l’autre reprendrait vite le dessus et nous ferait oublier combien ont été difficiles les batailles ayant abouti à instaurer un dialogue sain et constructif entre les différentes religions, les différentes civilisations, les différentes cultures à travers la Planète. Ne nous privez pas de parole, car demain vous pourriez avoir d’amers regrets : ceux d’être passés à côté de Musulmans qui vous auraient parlé du seul et possible islam, c’est-à-dire celui incitant à la paix, l’amour et la fraternité entre les hommes. Tout le contraires des extrémistes et radicaux religieux, de toutes les religions confondues. Que Tariq Ramadan soit la cible du FN, il n’y a rien de stupéfiant dans cela, mais qu’il soit la cible de personnes intelligentes et douées de raison, on peut s’interroger sur ce rejet systématique. Et l’islam serait, en ce qui me concerne, l’explication de cette exclusion manifeste et hostile. 

Touhami Moualek

mtouhami – INFO PARIS

COMMUNIQUE DE PRESSE DU 29 MARS 2012 – TARIQ RAMADAN : »Réponse à MM. les Ministres Alain Juppé et Claude Guéant »

loading...
Communiqué de presse
Du 29 mars 2012
 
Réponse à MM. les  Ministres Alain Juppé et Claude Guéant
Le Ministre de l’Intérieur et le Ministre des Affaires Etrangères viennent, dans un communiqué commun, d’annoncer l’interdiction d’entrer sur le territoire faite à quatre savants et personnalités musulmanes,   « MM. Akrima Sabri, Ayed Bin Abdallah Al Qarni, Safwat Al Hijazi, Abdallah Basfar » et ce, après avoir annoncé que « MM. Youssef Al Qaradawi et Ahmed Al Masri » n’étaient pas les bienvenus en France.
Ces décisions sont plus symboliques que cohérentes et logiques. Le Gouvernement français tient à montrer de la fermeté et, en cela, commet deux maladresses de taille : en agissant ainsi, il entretient l’amalgame en associant des savants musulmans de renommée mondiale aux dérives violentes et extrémistes de groupuscules que ces derniers ont eux-mêmes condamnés. L’un des savants écartés est parmi les plus célèbres lecteurs du Coran dans le monde, qui a systématiquement refusé de s’impliquer en politique. Cette confusion fait le jeu du populisme propre au Front National et à une partie de l’UMP (et, somme toute, du Parti Socialiste). Ces décisions entretiennent ledit populisme et, en sus, normalisent l’atmosphère délétère qui s’installe de plus en plus en France où il ne fait plus bon être un musulman, ou accessoirement un Arabe « apparemment musulman ».
De surcroît, les deux Ministres regrettent ma présence au prétexte que je défendrais des valeurs qui sont opposées à celles de la République. Outre que j’aimerais savoir quand et où j’ai pu tenir des propos antirépublicains, je tiens à questionner MM. Juppé et Guéant sur leur propre fidélité aux principes de la République qu’ils disent défendre. L’esprit des Lumières et de la République n’est-il pas celui de la parole libre et critique ? N’est-il pas celui de l’égalité des citoyens et de la dignité également respectée de chacun ? Pourquoi donc, M. Juppé, vous êtes-vous rendu en Israël et non au Maroc aux cérémonies funéraires de vos concitoyens tués à Montauban et à Toulouse ? Au nom de quelle logique républicaine égalitaire ? Comment se fait-il M. Guéant, que vos services de renseignements interviennent systématiquement pour m’interdire de parler dans le « pays des droits de l’homme ». Les pressions de vos services sur les mairies et les propriétaires de salle sont un rituel connu et efficace. Jusqu’à la tentative de ce jour de m’empêcher de m’exprimer le samedi 31 mars à Bagnolet. Au nom de quelle conception de la République ?
Ces démarches politiciennes ne sont pas dignes de la République Française. A quelques semaines des élections, nous sommes dans la surenchère, et ce dans la droite ligne des dérapages contrôlés auxquels nous a habitués le Ministre de l’Intérieur depuis plusieurs mois. Si la réélection de M. Nicolas Sarkozy est à ce prix ? draguer les électeurs du Front National de façon aussi grossière ? alors la victoire espérée serait entachée d’une indigne et choquante dérive verbale. C’est inquiétant.
La classe politique a appelé à la dignité après les tueries de Montauban et de Toulouse. On nous parle maintenant d’un troisième homme, et il est à
espérer qu’aucun drame ne s’ajoute aux horreurs de ces dernières semaines. Dans cette atmosphère fragile, il serait bon que les politiques fassent montre de dignité non pas uniquement dans le deuil, mais à la veille des élections présidentielles. On comprend qu’ils y jouent leur avenir personnel, mais il serait bon qu’ils maîtrisent leur ego politique et pensent davantage à l’avenir de la France plurielle qui a besoin de bien d’autres choses que ces gesticulations et déclarations politiciennes.
Je déteste la surenchère malsaine : j’essaie d’apprendre tous les jours à rester digne et constructif, même dans la critique. Je n’ai eu de cesse, depuis vingt-cinq ans, d’appeler les Français de confession musulmane à aimer et à servir la France, même s’il y a parfois de quoi perdre espoir avec certains de ses intellectuels et de ses politiciens.
C’est un engagement citoyen de tous les jours face à des politiques qui brandissent les idéaux républicains et qui chaque jour les trahissent.
Tariq RAMADAN
loading...

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.