La France reprend à son compte le passif américain

Hollande-et-Obama

Le Président américain Barack OBAMA tout heureux de sous-traiter à la France les travaux mondiaux de gros oeuvres que l’Amérique doit notamment à la famille BUSH. On le serait tout autant. Et c’est François Hollande qui va enlever cette épine des pieds des USA 

 

 

Au nom de la lutte contre le terrorisme international

Au lendemain des attentats du WTC (World Trade Center) en septembre 2001, le Président américain Georges W. Bush s’était lancé dans une longue guerre baptisée : guerre contre le terrorisme international. A ce jour, les pays — Afghanistan et Irak, principalement — qui ont été envahis militairement par les USA, au nom de cette lutte, sont plongés dans un chaos absolu et sont littéralement dévastés par des attentats terroristes et suicides déroulés quotidiennement. En Afghanistan, ce sont les talibans qui mènent toujours la danse. En Irak, c’est encore mieux puisque l’éclatement de ce pays a produit ce que l’on appelle DAESH (Etat présumé islamique). Depuis, le Printemps arabe a totalement désorganisé les pays arabes, et certains de ces Etats sont devenus de véritables foyers, des refuges pour terroristes et trafiquants en tous genres. Cette lutte contre le terrorisme, engagée par les USA dans le but de prendre le contrôle des matières premières et, pour y parvenir, d’installer des pantins, des marionnettes à leur tête, se solde par un échec cuisant et finit même par se retourner contre ceux-là mêmes qui l’ont initiée. En effet, l’Amérique s’est déshonorée par l’affaire tragique des crimes contre l’Humanité commis dans le centre de torture de Guantánamo. Pire, les USA se sont considérablement affaiblis du fait des coûts considérables engagés dans ces guerres perdues d’avance parce que basées sur l’injustice, le deux poids deux mesures, et ne reposant sur aucun motif moralement acceptable. Le terrorisme n’est, en effet, pas une lutte entre le Bien d’un côté (monde occidental) et d’un autre le Mal (monde musulman), tout cela est grotesque ; le problème est bien plus complexe que cette simpliste analyse. L’Amérique a en grande partie perdu cette guerre. Cela a eu pour conséquence un retrait de l’Irak et un désengagement en Afghanistan, laissant derrière un climat social terrible et des situations politiques et militaires catastrophiques. L’Irak est revenu un siècle en arrière. Il n’y règne que terreur et souffrance. Le règne américain aura été vain.

La France emboîte le pas aux Etats-Unis d’Amérique

Monsieur François Hollande, à son tour, s’essaie à cette lutte contre le terrorisme, prenant pour exemple le « cauchemar américain ». Durant sa campagne présidentielle 2012, il avait promis un retrait des soldats français présents en Afghanistan. Il a tenu parole. Par contre, influencé par le régime sioniste d’Israël — comme son prédécesseur Nicolas Sarkozy —, et également par le diktat américain, le Président français s’est aventuré à son tour, suite à une intervention inattendue dans le Nord du Mali, dans une lutte contre le terrorisme international, assignant ainsi à la France un rôle de nouveau gendarme du Monde. Un énorme risque avec des conséquences incalculables. La France a-t-elle les moyens militaires et financiers d’un tel projet ? Cela fait en tout cas l’affaire des Américains qui ont ainsi entraîné la France à s’engager encore plus en Centrafrique, puis à prendre part militairement en Syrie et en Irak. La France est piégée. Elle hérite du fiasco militaire et politique laissé en Irak par les Américains. La France, perçue comme un pays neutre et ami de l’Irak, est désormais visée en ennemie à abattre par tout moyen, y compris par des appels au meurtre venus de DAESH. Les appels à commettre des attentats sur le sol français se multiplient. Les décapitations d’otages aussi. Nicolas Sarkozy, en intervenant directement en Libye, avait contribué à brouiller la politique étrangère de la France, l’entraînant dans une voie très incertaine, notamment en se mettant à dos bien des peuples arabes. En acceptant de reprendre à son compte le passif désastreux de la politique étrangère américaine, François Hollande continue malheureusement dans la direction indiquée par son prédécesseur. Les menaces risquent de continuer et les attaques terroristes également. La France est en guerre. Et paradoxalement, beaucoup de celles et ceux qui sont venus à la marche du 11 janvier 2015 à Paris font partie de l’UE (Union Européenne) mais ne sont pas aux côtés de la France sur le terrain. François Hollande risque de se retrouver bien seul dans quelques temps. 

Touhami Moualek

mtouhami – INFO PARIS

VOUS AIMEREZ AUSSI :

À propos de touhami

Écrivain, penseur, humaniste, défenseur des droits de l'homme, engagé politiquement et idéologiquement. Auteur de : La Déchirure, Algérie de mon père, France de mon enfance Aux Editions EDILIVRE
Ce contenu a été publié dans Politique internationale. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.