François Fillon mis en examen pour des emplois présumés fictifs

 C’est acté et c’est un fait unique pour un candidat à l’Elysée : à quelques semaines de la présidentielle, François Fillon mis en examen, ce mardi 14 mars 2017, dans l’enquête diligentée à son encontre et portant sur des emplois présumés fictifs ; sont concernés par ces emplois (attachés parlementaires) deux de ses enfants ainsi que sa femme 

 

 

François Fillon mis en examen

C’est une première, un fait sans précédent : ce mardi 14 mars 2017, Fillon mis en examen pour «détournement de fonds public», «complicité et recel de détournement de fonds publics», «complicité et recel d’abus de bien sociaux», et «manquements aux obligations de déclaration à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique.» Pourtant, Fillon continue de s’enfermer dans un déni de réalité et crie à cor et à cri qu’il est innocent et victime d’un agenda diabolique. M. Fillon lancera aux juges : «Vous avez décidé de me convoquer de façon précipitée pour des faits remontant pour certains à près de vingt ans.» Fillon s’en prendra également par de violentes diatribes à la justice et aux médias, responsables, selon lui, de fomenter un complot destiné à l’abattre politiquement.

La droite républicaine (LR) est de fait piégée

Fillon mis en examen (c’était attendu). Malgré cette épée de Damoclès suspendue au-dessus de sa tête, et contrairement à son engagement pris devant des millions de téléspectateurs lors d’une interview, François Fillon maintient sa candidature et prend de court toute la droite républicaine. Il avance pour argument principal : « J’ai été largement élu et je suis le seul à pouvoir porter le programme pour lequel j’ai été désigné par la droite. » Désormais, c’est toute la campagne présidentielle qui est piégée, prise en otage, parasitée et entrecoupée par de nouvelles révélations régulières sur cette sombre affaire. La droite républicaine se retrouve dans une souricière et assiste quasi impuissante à un véritable suicide collectif annoncé par avance. Et même si le candidat Fillon venait à renverser la vapeur et se repositionner, par miracle, pour une éventuelle qualification au second tour de la Présidentielle, le mal n’est-il pas déjà fait ; les Français ne l’ont-ils pas déjà jugé et condamné ? Seule certitude : ses sondages sont encore corrects.

La droite ultra réactionnaire derrière François FILLON

François Fillon mis en examen. Elu par la droite radicale, grâce à une organisation sans faille, à travers des mobilisations gigantesques, notamment dans les réseaux sociaux, François Fillon garde, semble-t-il, la confiance de cet électorat composé d’un noyau dur de catholiques conservateurs et de frontistes (FN) refoulés. En effet, mieux vaut dans l’esprit de ces derniers un Fillon, même radicalisé, qu’une le Pen clairement à la tête d’un parti d’extrême droite. Cette France enracinée qui s’était, en d’autres temps, sentie sacrifiée par la mise en place de la loi de 1905 (séparation des Eglises et de l’Etat), et qui se voit aujourd’hui humiliée, laissée pour compte, par une laïcité dominatrice, exercée en société, et cette récente loi dite « mariage pour tous » qui remet en cause les fondements mêmes de la famille basés, jusque-là, essentiellement sur des cellules familiales composées d’un couple homme femme. Cependant, entre la radicalité de Fillon et celle de le Pen (FN), il n’y a pas de différences majeures. Au-delà de leur radicalité intrinsèque, les deux affichent également une autre ressemblance : leur total mépris pour la justice de leur pays. 

Situation ubuesque et totalement inédite

Même si François Fillon, mis en examen, clame haut et fort et à qui veut bien l’entendre, qu’il est innocent et reste honnête, il n’empêche que nous allons nous retrouver dans une situation ubuesque dans la mesure où un candidat sur lequel pèsent de forts soupçons va demander aux Français de l’élire Président de la République. J’ajouterai qu’il n’y a qu’en France que l’on peut voir cela. Et franchement, il y a de quoi avoir honte.

Touhami Moualek

mtouhami – INFO PARIS

À propos de touhami

Écrivain, penseur, humaniste, défenseur des droits de l'homme, engagé politiquement et idéologiquement. Auteur de : La Déchirure, Algérie de mon père, France de mon enfance Aux Editions EDILIVRE
Ce contenu a été publié dans Politique générale, Société. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.