15 mai 1948 début de la Catastrophe (Nakba) palestinienne

nakba301NAKBA, signifie : la catastrophe ou le désastre en arabe. C’est en 1948, au lendemain de la seconde guerre mondiale que naîtra la Nakba, la catastrophe palestinienne. La Shoah sera le prétexte  d’un transfert de la diaspora juive, via l’ONU, vers la Palestine

 

Naissance de l’Etat d’Israël

15 mai 1948 : le début (date retenue par les Historiens) du calvaire de celles et ceux qui constitueront les victimes collatérales de la tragédie de la Shoah : les Palestiniens non juifs et essentiellement d’origine arabe et de religion musulmane.

En effet, à la suite des massacres et de l’extermination des Juifs par les Allemands (ayant eu des complices autres que des Aryens), au cours de la solution finale élaborée lors de la seconde guerre mondiale, les Européens, culpabilisés à outrance par les sionistes, procéderont de manière autoritaire et arbitraire au transfert des Juifs d’Europe et du monde entier vers cet Etat refuge créé pour l’occasion : l’Etat juif et sioniste d’Israël. Au nom d’une mythique « terre promise » biblique. 

Depuis, dans cette région du Moyen-Orient se produit l’impensable, l’inimaginable. Les victimes d’hier sont devenues les bourreaux d’aujourd’hui. Entre exactions journalières, crimes quotidiens, racisme, apartheid, colonialisme, crimes de guerre et massacres, les Palestiniens subissent de plein fouet la bestialité, la cruauté et la barbarie d’un régime qui n’a rien à envier au nazisme, je veux bien entendu parler du sionisme.

Aucune paix ne sera possible sans justice pour les Palestiniens

Il n’y aura pas de paix, pas de trêve et de répit sur terre tant que cette injustice, l’une des pires de l’Histoire de l’Humanité, n’aura pas été réparée. 

Justice pour le peuple palestinien. Car n’en déplaise aux sionistes — qui vont jusqu’à nier l’existence de ce peuple courageux, fier, digne et combatif — le peuple palestinien existe et il le prouve tous les jours dans ses combats pour sa survie. La première défaite d’Israël est le fait que cet Etat refuge n’est toujours pas admis dans la région ; la seconde vient du fait qu’Israël est condamné à gagner la guerre à chaque combat au risque de disparaître. Et l’on sait bien que régner par la force n’est qu’éphémère.

Touhami Moualek

mtouhami – INFO PARIS

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.