En France nous manquons cruellement de cerveaux intuitifs

Salon_de_Madame_Geoffrin

Un nouveau monde naît, celui d’une mondialisation — concentrée uniquement sur un plan  matérialiste — voulue et dictée par les nouvelles technologies. Et la France n’est pas préparée. Elle devra très vite s’adapter, au risque de s’éparpiller et de se diluer aux quatre coins. Nous avons besoin de cerveaux intuitifs plus que de raisonnements théoriques 

 

 

Les inégalités naissent des systèmes sociaux

Jean-Jacques Rousseau : L’homme est né libre et partout il est dans les fers. Il est l’homme du Contrat social du Discours de l’inégalité et de la théorie et de la pratique de la politique moderne. Le philosophe prétendait que tous les hommes sont socialement égaux, soutenant que les inégalités naissent artificiellement des systèmes sociaux et qu’elles sont fondées sur la propriété privée et le travail organisé ; des systèmes ayant autorisé la domination et l’exploitation de certaines personnes par d’autres. Il soutiendra que l’homme naît naturellement bon et heureux et que c’est la société qui le corrompt et le rend malheureux. J.-J. Rousseau avait apporté des éclairages, paraissant aujourd’hui évidents, sur la nature humaine et les relations conflictuelles entre celle-ci et la société. Tout n’est pas entièrement bon, tout n’est pas entièrement mauvais. C’est cet amalgame qui crée des différences, des oppositions, mais aussi des complémentarités et des alliances. L’homme avance quand il cherche et comprend. Il recule quand il ne cherche plus à comprendre.  

Réinventer le monde de demain

Aujourd’hui, la France ne manque pas de cerveaux au sens propre du terme ; des cerveaux doués d’une intelligence artificielle, synthétique et voire même sophiste. Ce qu’il lui faudrait désormais ce sont des intelligences intuitives, pragmatiques, plus réalistes. La théorie cadre et coordonne, c’est le plan de travail. La pratique met en œuvre en s’adaptant aux réalités et aux problèmes vitaux rencontrés. Nous avons beaucoup de concepteurs, mais les réalisateurs nous font cruellement défaut. Notre monde a été fragmenté, éclaté en puzzles. C’est notre histoire passée qui l’a déterminé ainsi. Une histoire parfois glorieuse, parfois déshonorante. Comme le siècle des Lumières a anticipé et imaginé notre monde actuel, nous devons réécrire, réinventer le monde de demain. Un monde fédéré, globalisé, mondialisé, dans lequel les intelligences seront entremêlées ; dans lequel l’homme n’aura jamais de cesse de crier et de revendiquer sa propre liberté. Ce monde-là n’existe pas encore tout à fait, il nous faut l’inventer. Et la France ne peut rester en retrait d’un tel projet, d’une telle ambition à échelle humaine.

Touhami Moualek

mtouhami – INFO PARIS 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.