La France entre les mains des affairistes

 

COUP DE GUEULE sur cette France entre les mains des affairistes

 

 

Les affairistes 

Les affairistes au coeur du pouvoir. Nicolas Sarkozy a été un proche d’Edouard Balladur puisqu’il l’avait soutenu contre Jacques Chirac en 1995. Un soutien que le vainqueur de la présidentielle de 1995 (J. Chirac) verra comme une traîtrise qu’il ne pardonnera jamais, ni à l’un ni à l’autre. Jacques Chirac sera dans une détestation virulente et permanente de Sarkozy. On peut aisément comprendre sa rage. Qui aimerait être trahi ?

Nicolas Sarkozy aurait donc dû logiquement s’inspirer de son ami et s’appliquer la règle de ce que l’on a appelé la « jurisprudence Balladur » ; qu’on aurait d’ailleurs dû baptiser « jurisprudence Bérégovoy » car c’est ce dernier qui avait obligé, en 1992, tout ministre impliqué dans une affaire à démissionner. L’homme qui avait déclaré en ce qui concernait les caricatures sur Mahomet : Il vaut mieux trop de caricatures qu’une censure, ne s’applique jamais à lui-même les bonnes résolutions. Dans l’affaire actuelle de la possible suppression de la célèbre émission de télé les Guignols de l’Info, j’observe, une fois de plus, que Nicolas Sarkozy aime qu’on caricature les autres, mais déteste être caricaturé. En somme, une inversion d’un célèbre adage : Faites aux autres ce que je n’aimerais pas qu’on me fasse

La France patrie des Droits de l’Homme

La France s’enorgueillit d’être une des plus grandes démocraties au Monde et s’offre en plus le luxe d’être la gardienne des Droits de l’Homme. Je peux en convenir.

Cependant, on nous parle beaucoup, à droite, de moralisation de la politique, de République irréprochable. Qui n’en rêverait pas ?

Alors j’aimerais faire observer, à tous les admirateurs de Nicolas Sarkozy, qu’il n’y a pas un seul pays au monde, réputé démocratique, qui aurait permis à un homme, impliqué dans plusieurs affaires relevant du droit commun, de revenir en politique et d’être réélu à la tête d’un grand parti, sans avoir été, au préalable, lavé par la justice de tout soupçon.

Les hommes politiques ont beau nous lancer à la figure leur veto du : Tout homme est présumé innocent, tant qu’il n’a pas été jugé, il n’empêche qu’il y a bel et bien des informations et des procédures judiciaires qui sont engagées.

Au lieu de s’abstenir de toute action publique en politique, le temps d’être éventuellement innocenté, Nicolas Sarkozy, non seulement est revenu sur le devant de la scène, mais en plus donne des leçons aux autres.

Je déclare par conséquent — à moins que les Français ne soient devenus prisonniers de leurs Institutions — que la France est devenue une véritable République bananière.

Touhami Moualek

mtouhami – INFO PARIS

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.