L’Occident a malgré lui produit des Jihadistes

Djihadistes-occidentaux-l-economiste-maghrebin-680x340

Malgré lui, l’Occident a contribué à fabriquer des Jihadistes en puissance. La faillite d’une politique d’intégration explique, en partie, le mauvais choix de ces jeunes Français, partis combattre — auprès de fanatiques — contre leur pays natal

 

Les Jihadistes prennent l’invasion de l’Irak par les USA en 2003 comme le véritable prétexte à leur lutte

Après 2003, lorsque le criminel de guerre Georges W. Bush avait contourné le Conseil de Sécurité parce qu’il s’attendait à un inéluctable veto de la France, Barak Obama récidive et nous fait le même coup.  En effet, une coalition s’est formée pour partir en guerre contre l’Irak, même si on nous dit qu’il s’agit juste de neutraliser des  « terroristes islamistes » ; que cela n’est pas dirigé contre les Irakiens et encore moins contre les Arabes. Une guerre est une guerre. Et on ne sait jamais où une guerre peut conduire. 

En 2003, on nous avait dit qu’il fallait détruire les armes de destruction massive détenues par l’Irak. Ensuite, quand tout le monde avait compris que les armes de destruction massive – objet de l’invasion – n’existaient pas et n’étaient qu’un prétexte, une supercherie, on nous a alors subitement invoqué une opération militaire destinée à apporter la démocratie au peuple irakien. La suite, nous la connaissons : près de deux millions de morts, la plupart des civils (femmes, enfants…) et un pays ruiné, plongé dans le chaos politique et social. 

L’Irak de 2003 a aujourd’hui, en 2014, régressé d’un siècle par rapport à l’Irak des années 80/90. L’Irak était l’un des pays arabes les plus avancés tant sur le plan des infrastructures que celui de la technologie. Athées, Chrétiens et Musulmans cohabitaient pacifiquement, même si tout n’était évidemment pas rose. 

Il y a donc des interrogations citoyennes légitimes sur le rôle et la présence de la France dans une telle coalition. La France n’a-t-elle pas plus à perdre qu’à y gagner ? Les intérêts américains sont-ils les nôtres ? Faut-il aller se battre dans un pays totalement ruiné et déstabilisé par une Nation (secondée par la Grande-Bretagne) à l’esprit belliqueux et expansionniste : l’Amérique ? Barak Obama avait promis qu’il n’engagerait plus son pays dans de telles guerres. Il ne tient visiblement pas parole. 

Les Jihadistes sèment la terreur au nom de l’islam

Les prétendus combattants Jihadistes (comme on les appelle) et qui feraient régner la terreur (décapitation en public d’otages occidentaux), ne sont-ils pas les fruits des politiques désastreuses et des guerres punitives conduites à l’égard des pays arabes ? Tant d’années d’humiliation et d’injustices – le cas de la Palestine est patent et criant –  commises envers les peuples arabes, cela n’explique-t-il pas une radicalisation de ces peuples fiers et dignes à la base ? Je suis de ceux qui le pensent fortement. 

Des despotes arabes sont tombés. D’autres résistent, se battent encore, contre eux-mêmes, contre des opposants nés par leurs folles politiques désastreuses. Entre des dictateurs tenant leur population par des mains de fer, et des ingérences étrangères flagrantes ayant abouti à l’installation d’autres tyrans soudoyés et corrompus, tous ont échoué. Comment pouvait-il en être autrement ? L’injustice, la tyrannie, le despotisme ne peuvent conduire qu’à des voies sans issue. 

Dans ces conditions, comment ne pas comprendre que des peuples arabes prennent les armes et appellent au Djihad ? Le retour à ses sources, à ce qui permet encore d’exister et de s’affirmer. On a joué avec le feu, on s’est brûlé. Que des jeunes garçons et des jeunes filles de France en viennent à combattre, pensent-ils, dans la voie de Dieu par les armes, il y a là quelque chose qui devrait faire réfléchir nos politiques.  A défaut de les effrayer, cela pourrait au moins les ramener sur terre. 

Touhami Moualek

mtouhami – INFO PARIS

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.