La grande inquiétude lorsque le parti de gauche fut défait

 

La grande inquiétude lorsque ce jour-là je ressentis comme un malaise, une peur, un grand désarroi et une incompréhension : comment la démocratie peut parfois tromper les gens

 

 

l’immense inquiétude

Je fus saisi par une immense inquiétude. Les larmes à gauche. La gauche défaite. Il est parfois dans la vie des moments, comme ça, où l’on aimerait se tromper ; où l’on aimerait que ses analyses, ses prédictions nous démentent, nous démontrent tout le contraire de ce que l’on aurait prévu, pressenti. Ce serait un tel bonheur, un tel soulagement ! Mais dommage. Oui, vraiment quel dommage, car il est des analyses qui s’avèrent si pointilleuses, si précises, si réalistes, qu’inévitablement elles vont parfaitement coller à la dure réalité. Et il est probable que nous ne sommes pas encore au bout de nos surprises. La France chavire, elle soupire. L’inquiétude prend toute sa place ; l’inquiétude naît, avec elle naît également l’incertitude.

loading...

Voici, ce que j’écrivais, un certain 8 mai 2007, lendemain du triomphe de Nicolas Sarkozy :

Les Français attendaient beaucoup de la gauche. Celle-ci a été incapable de répondre à leurs attentes, de leur redonner un espoir, de rallumer la flamme de l’espérance. Bien des larmes ont coulé, en ce soir particulier du 6 mai 2007. Des larmes de douleurs. Pour la première fois depuis bien longtemps, j’ai eu peur. J’ai ressenti un vide autour de moi. La terre se dérobait sous mes pieds, et pourtant j’ai tenu, tenu debout, jusqu’au discours du vainqueur. Tous les visages, autour de moi, étaient fermés, crispés, craignant le pire, comme si le destin n’avait pas encore fini de nous étonner, de nous surprendre, de nous livrer une destinée que désormais nous ne maîtrisions plus. Le candidat de l’UMP a été plus précis, plus audacieux, sans doute plus véridique et n’a pas hésité à parler « cash » évitant toute surprise à l’arrivée. Nicolas Sarkozy a modifié notre trajectoire, désarçonné les meilleurs cavaliers de la politique, fait tomber tous ses adversaires à terre. L’horizon lui appartient. Où nous conduira-t-il ? Je sais que mon inquiétude est justifiée. 

Touhami Moualek

mtouhami.fr – INFO PARIS

loading...

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.