Les sionistes sont prêts à tout y compris à jouer avec le feu

Les sionistes jouent avec le feu dans la région du Proche et Moyen-Orient. Et cela depuis l’avènement de l’Etat d’Israël créé en 1948 avec le concours du Conseil de sécurité des Nations Unies

 

 

Les sionistes s’acharnent contre l’Iran

Il semblerait, selon des sources israéliennes, que le Premier ministre israélien et son ministre de la Défense, tous deux sont des sionistes ultras, veulent attaquer les sites nucléaires iraniens avant l’élection présidentielle américaine du 6 novembre prochain. Cependant, ils rencontrent des résistances dans le gouvernement et l’armée. Autrement dit, les dirigeants israéliens et les Chefs d’Etat-Major tournent en rond, ne sachant plus que faire face au pouvoir iranien intransigeant, s’agissant de la question du nucléaire. Le journal libéral Haaretz cite un responsable du gouvernement qui affirme que l’Etat hébreu ne s’est jamais trouvé dans une situation aussi dangereuse depuis 1967 et la guerre des Six-Jours. En effet, au début du mois, les dirigeants israéliens ont souligné au secrétaire américain à la Défense Leon Panetta que le temps pressait dans le cas d’une solution pacifique à la crise. Ils n’ont d’ailleurs pas caché leur agacement devant l’inefficacité des sanctions internationales contre la République islamique. Sanctions jugées inefficaces. Quant aux pressions diplomatiques, les Israéliens n’y croient pas une seule seconde. Pour rassurer les Israéliens Panetta a réaffirmé que l’Amérique ne tolérera jamais que l’Iran puisse se doter de l’arme atomique. 

Les dirigeants Israéliens et sionistes font le forcing auprès des Américains pour les convaincre de la seule solution capable de contraindre l’Iran de renoncer à ses projets nucléaires et surtout de stopper ses centrales déjà en activité : l’option militaire. Tsahal a songé à intervenir seul, indiquant qu’il procéderait à des frappes ciblées et limitées. Mais des membres du gouvernement israélien et de hauts responsables du Pentagone ont mis en garde sur cette option jugée hasardeuse, dangereuse et pouvant déclencher des réactions qui seraient à la fois imprévisibles et incontrôlables. La Russie a clairement signifié qu’elle ferait tout pour aider l’Iran à se défendre contre toute attaque venant de l’extérieur, prétextant la légitime défense. La Chine a également fourni des armes de défense et d’attaque à l’Iran. Les capacités iraniennes, en termes de missile balistique (voire stratégique), de portée intermédiaire, permettraient à l’Iran d’atteindre Israël en cas d’attaque de ce dernier. Les récents essais iraniens en ont apporté la preuve. D’où évidemment les craintes d’un embrasement de la région et d’une généralisation de ce conflit entraînant une troisième guerre mondiale. 

De plus, Israël n’est plus ce Poucet risquant d’être dévoré par l’Ogre arabe, tel que montré dans les années 50-60 par la propagande sioniste. Israël a démontré ses capacités de nuisances ; nuisances mises en application en 2006 au Liban et en 2010 à Gaza. Les dirigeants sionistes savent donc qu’ils n’ont plus la compassion et le soutien inconditionnel, comme au lendemain de la seconde guerre mondiale, de la communauté internationale. Beaucoup se sont désormais rangés du côté des opprimés : les Palestiniens. Au sein même de la population israélienne, des critiques de plus en plus vives s’élèvent contre la politique, du tout répressif, conduite par les gouvernements successifs israélo-sionistes. Et cette fixation sur l’Iran tourne à l’obsession. Quant à la France, celle-ci a étudié et mis au point un plan d’évacuation des ressortissants français d’Israël en cas d’attaque contre l’Iran. Signe que les sionistes sont de plus en plus nerveux, inquiets et montrant des signes d’empressement et d’impatience. Qui peut songer à sortir les voiles par tempête ? Les sionistes. Parce qu’ils sont devenus fous.  

Touhami Moualek

mtouhami – INFO PARIS

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.