L’évasion fiscale est une obsession pour les riches citoyens français

L’évasion fiscale ne serait que fuite des riches à l’étranger, exil forcé, politique fiscale confiscatoire. Selon le MEDEF, la France est devenue un enfer, non pas pour les chômeurs, les précaires, les salariés et les retraités, mais pour les plus gros détenteurs de capitaux, de patrimoines et de rentes. Oh les pauvres ! sans jeu de mot

 

Il me semble tout de même juste et honnête de préciser que Gérard Depardieu (qu’on aime ou qu’on n’aime pas le personnage) fait l’objet d’un véritable lynchage médiatique, alors qu’il n’est pas le seul tenté par l’évasion fiscale. Je ne citerai pas de noms, car la liste serait trop longue, mais beaucoup d’artistes (chanteurs, comédiens, champions sportifs, écrivains à succès, musiciens, etc.) se sont enrichis en France et c’est également dans ce pays qu’ils se sont formés, ou ont été formés, dans leur différente discipline, et cela ne les a pas empêchés de fuir la France pour des raisons fiscales. Il faut le souligner et le rappeler : c’est important. Si ces gens ont eu la chance de connaître la réussite en France, ils devraient en contrepartie s’assurer que d’autres petits Français aient cette même chance ; pour cela il faut un minimum de solidarité et de fraternité.

Cela dit, il m’est de plus en plus intolérable et désagréable, comme beaucoup de citoyens français, de voir tous ces artistes exilés revenir en France remplir leur tiroir-caisse, puis regagner leur refuge fiscal. Parler de déchéance de nationalité est inapproprié et indigne. Parler d’exiger, par la loi, à ces évadés fiscaux, d’acquitter le delta d’impôt entre ce qu’ils paieraient en France et ce qu’ils paient effectivement dans le pays d’accueil, semblerait être une meilleure solution. Mais ne rêvons pas. Qui oserait voter une telle loi coercitive contre ses propres potes ? Les loups ne se mangent pas entre eux. L’évasion fiscale a encore de beaux jours devant elle.

Libre à chacun de vivre là où il l’entend et là où il le peut. C’est une liberté fondamentale. Cependant, quitter un pays, ses racines et ses origines pour un problème d’argent, là il ne s’agit plus de liberté au sens noble du terme. Il s’agit d’un choix lié à un confort individuel et purement matérialiste. Et je préfère les artistes qui parlent avec leur cœur à ceux qui pensent avec leur estomac et existent en fonction de leur compte en banque. L’art n’est pas la propriété de l’artiste. L’évasion fiscale devrait être traitée plus sévèrement.

Touhami Moualek

mtouhami – INFO PARIS

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.