Mascarade judiciaire dans le procès de Rachel Corrie

49336a

Rachel Corrie avait 23 ans. Elle a été écrasée par un bulldozer de l’armée israélienne dans la bande de Gaza alors qu’elle manifestait en faveur des Palestiniens

 

 

Rachel Corrie une courageuse combattante de la justice, morte pour ses idées. Elle était membre bénévole de l’ONG pro-palestinienne : International Solidarity Movement

Rachel Corrie. Elle avait 23 ans et a été écrasée par un bulldozer de l’armée israélienne lors d’une manifestation en faveur des Palestiniens dans la bande de Gaza en 2003. Un rapport militaire avait purement et simplement innocenté l’armée israélienne. Durant la seconde Intifada, Rachel participait activement, et de manière tout à fait pacifique, à une manifestation qui avait pour objectif d’empêcher des démolitions sauvages et arbitraires d’habitations à Rafah, dans le Sud de Gaza. En effet, il y avait à l’époque des attentats suicides commis en Israël par des Palestiniens désespérés face à l’oppression, la sauvagerie et la barbarie des dirigeants israéliens. En représailles, l’armée israélienne détruisait les maisons de Palestiniens impliqués, ou supposés être impliqués, dans ces attentats kamikazes. Selon les témoignages de ses amis présents sur place au moment des faits, Rachel se trouvait sur un monticule de terre et aurait chuté à l’approche du bulldozer. Malgré les cris lancés par ses amis, le conducteur dit ne pas les avoir entendus et ne pas avoir vu la victime. Persuadée que Rachel avait été intentionnellement écrasée, et à la suite du rapport disculpant l’armée israélienne, la famille proche de Rachel avait déposé un recours auprès du tribunal civil de Haïfa. Ce mardi 28 août 2012, le verdict est tombé. Le tribunal a qualifié la mort de Rachel « d’incident regrettable », estimant que l’armée n’est pas responsable du fait que ce décès s’est produit en temps de guerre.  Le juge Oded Gershon a en outre ajouté : « La demande à l’Etat de paiement de dommages et intérêts n’est pas justifiée. » Selon ce même juge : « Les militaires avaient fait de leur mieux pour maintenir les manifestants à l’écart du site, et Rachel Corrie ne s’est pas tenue à distance de la zone comme toute personne réfléchie l’aurait fait. » La famille a décidé de faire appel.  

Rachel Corrie était membre bénévole de l’ONG pro-palestinienne : International Solidarity Movement. La mère de Rachel s’est déclarée profondément déçue par la justice israélienne, mais également par la diplomatie américaine. Elle avouera publiquement : « L’Etat israélien a travaillé extrêmement dur pour que la vérité sur la mort de ma fille ne soit jamais révélée. » Une opinion que nous sommes, à travers le monde, des millions à partager, sans aucun doute. Une fois de plus Tsahal restera impuni. Israël à tous les droits puisqu’il est en état de guerre permanent. Quant aux parents de Rachel Corrie et aux Palestiniens qu’elle défendait, ils n’ont qu’un droit : se taire et subir.  

Touhami Moualek

mtouhami – INFO PARIS

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.