Migrant

 

MIGRANT – Aucun homme, aucune femme ne quitte son pays, ses racines pour le plaisir. Tous émigrent pour échapper à la misère et espérer trouver meilleure vie ailleurs.

Ainsi va le temps ; ainsi vont les hommes ; emportés par les vents de l’espoir

 

Le serpent 

— Quel est ton nom ?
    — Je m’appelle Migrant.
— D’où viens-tu ?
    — Je viens du Nord.
— Où vas-tu ?
    — Je vais vers le Sud.
— Et pourquoi ?
    — Je fuis la peste.
— La peste ?
    — Oui, elle frappe le Nord.
— Mais le Sud est touché par le choléra.
    — Oui, je sais. Entre le choléra et la peste, je choisis le choléra.
— Tu m’intrigues, mon ami.
    — La mort est un serpent à deux têtes.
— Que veux-tu dire ?
    — Une tête au Nord, l’autre au Sud.
— Quel rapport ?
    — Le Nord est beaucoup plus riche que le Sud.
— C’est ma foi juste.
    — Le serpent s’attaque au Nord opulent.
— Tu chercherais donc à gagner du temps ?
    — Au Nord, la peste survit aux hommes.
— Crois-tu échapper à la mort en te rendant dans le Sud ?
    — Tout homme goûte à la mort tôt ou tard.
— Tu admets donc que j’ai raison.
    — Au Sud, les hommes survivent au choléra.
— Et pourquoi cela ?
    — L’une des deux têtes du serpent croque l’autre.
— Je ne comprends toujours pas.
    — Le Nord est déjà mort, alors il me reste le Sud.
— Et que fais-tu du choléra ?
    — Le serpent le dévore à chaque jour.
— Tu en es sûr et certain ?
    — Les hommes fuient le choléra pour mourir de la peste.
— Mais tu mourras également du choléra, mon ami.
    — La mort est moins amère au pays des migrants.

loading...

Touhami Moualek

mtouhami – INFO PARIS

loading...

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.