Delarue enterré à THIAIS dans un carré musulman

 

Jean-Luc et Anissa : un amour éphémère, comme la vie. L’illusion d’avoir existé.

Jean-Luc Delarue, un homme, une vie

Le Père de Jean-Luc Delarue, pour des raisons probablement liées à des conflits de famille (je n’en sais rien du tout), n’aurait pas été invité à l’enterrement de son fils. Ce qui, bien entendu, a pu le peiner, voire le ronger de chagrin, et on peut aisément le comprendre. Dernièrement, ce dernier avait dit dans la presse que son fils se serait converti à l’islam. On sait que le défunt Delarue était marié avec Anissa Delarue, née Khel, d’origine algérienne. L’information n’aurait donc rien de surprenant. Pourtant, Mme Anissa Delarue s’est immédiatement empressée de démentir, affirmant que son mari ne s’était pas converti à l’islam. Ce qui est étrange, ce sont tous ces mystères entretenus autour de cette disparition. Si Jean-Luc Delarue s’est converti à l’islam, pourquoi ne pas le dire officiellement ? Y a-t-il une honte à cette conversion ? Cela fait partie des libertés de conscience et de choix d’une religion de tout individu. Nous sommes en France. Un mort a un droit sacré, celui du respect de sa mémoire.

Et puis, il y a cet enterrement dans un cimetière de banlieue ; autre information révélée par le père. Sa femme Anissa avait, elle, affirmé que son mari avait été enterré au cimetière du Père Lachaise. Or, nous savons désormais que Jean-Luc Delarue a été enterré dans le cimetière de Thiais (Val-de-Marne, en région parisienne, sur la Nationale 7) ; un cimetière qui n’appartient pas à la ville de Thiais mais à la ville de Paris. Ce cimetière comporte effectivement un carré musulman, là où précisément, selon le Maire de la ville de Thiais, Jean-Luc Delarue a été inhumé. Toujours selon le maire de la ville de Thiais : « La tombe de Jean-Luc Delarue se trouve effectivement dans le carré musulman. Notre commune n’a pas été chargée de la procédure. La mairie de Thiais ne dispose d’aucune autorité sur ce cimetière. Nous avons appris de manière incidente qu’il reposait là. » A défaut d’avoir trouvé la paix ici-bas sur notre planète Terre, souhaitons à Jean-Luc de trouver enfin la paix, dans l’au-delà.

Touhami Moualek

mtouhami – INFO PARIS

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.